Paul Lay  "The Party" & "Alcazar Memories" (Sortie le 17 février 2017)

MEDIAPACKS

"3ème & 4ème albums du pianiste compositeur Paul Lay sur Laborie Jazz. Une histoire de fidélité entre un artiste et son label, une histoire de patience pour un artiste qui a su intégrer et s’intégrer dans de nombreuses formations en apportant toujours le meilleur de lui-même et dont chacun a pu se féliciter, une histoire de rôle où dès le départ, Paul et le label connaissent et apprivoisent des territoires sans cesse en mouvement, des perspectives qui les enrichissent mutuellement et dans le seul souci de saisir le(s) public(s) par une esthétique qui ne tend que vers le plaisir et le beau." JM Leygonie - Laborie Jazz

 

Paul Lay Trio "The Party"

Télécharger ici tous les documents promo/média de Paul Lay Trio "The Party" (photos, bios, mp3, presse, vidéos, fiches techniques)

J’ai élaboré ce nouveau répertoire comme une illustration sonore de scènes cinématographiques qui se déroulent lors d’une fête. De la joie, de la légèreté, de l’inattendu.
L’exaltation de se retrouver. Chaque pièce caractérise
un personnage, une situation, ou encore un échange de regards, une danse, et bien d’autres mouvements.
Une fête, c’est également l’occasion d’observer le jeu
des masques : l’ego de chacun, complexe, miroite différemment en fonction des situations, afin d’obtenir l’adhésion du groupe. Ces moments de rassemblement nous renvoient à notre identité propre, aux multiples facettes
qui constituent notre personnalité, à notre image, nos fêlures, nos refoulements, nos projections,
nos fantasmes, confrontant notre réalité à celle des autres.
— Paul Lay
 

             
Une voix, un piano, une contrebasse. C’était le son que j’avais en tête pour ce répertoire de chansons
et de poèmes que m’inspirent la Nature et ses richesses, afin de créer de nombreux climats et une musique aussi dense qu’aérienne. Toutes ces pièces célèbrent cette Nature, sa force, sa multitude, mais décrivent également l’Homme et ses états d’âme, à travers des chansons d’amour.
— PAUL LAY